Je ne suis pas encore en age de transmettre ma ferme soit…

Mais en regardant mon classeur, je compte pas loin de 21 conventions de stage entre ma ferme, pole emploi ou des centre de formations et bien sur des personnes désirant se former au métier.  Et ce depuis seulement 6ans…

A ma connaissance seuls deux ce sont installés, deux sont en parcours d installation et un autre en chemin (qui se reconnaitra… ). C est donc peu, mais le plus important est «d avoir semé la graine», donner ce qui aidera a mieux vivre le travail et peut être, d éviter certains écueils…

Il m a toujours sembler logique d ouvrir ma ferme, de transmettre les connaissances que les paysan.n.e.s m ont transmises avant moi afin qu elles continuent à évoluer.

Transmettre une connaissance c est rendre capable quelqu un de faire quelque chose, et en l occurrence,  Rendre des personnes capable a leur tour d anticiper les besoins de la ferme, de planifier, de compter etc aque stagiaire chez moi devient autonome au moins sur deux taches en une semaine…mais surtout, j essaie de montrer comme il m’a été transmit, d apprécier ce métier. D’en gouter les instants donnés, d en saisir les cadeaux que le temps passé sur une ferme offre…

Parce qu aussi ce métier peux être ingrat, pénible, dangereux, peu rémunéré…et face à des rêves, parfois un peu de ««réalisme»» permet d’éviter une trop grande désillusion violente. Et qu il faut savoir comment s en dépêtrer, comment s extraire de la boue du quotidien, du poids des contraintes…

J invite mes camarades hésitants a franchir le pas, a ouvrir leurs fermes, car nous sommes trop peu nombreux, parce que nous avons besoin de former les nouveaux, parce que dans 10ans la moitié des fermes seront à transmettre, j invite à accueillir plus de stagiaires (dans la limite du possible bien sur..), parce que qu on se sort de la routine et qu une rencontre est souvent un enrichissement mutuel, parce que transmette c est aussi se rendre compte de la richesse de son savoir et d essayer de le rendre intelligible…