Il est temps de donner quelques nouvelles : Tout d abords, l année passée, nous fumes interdit de marché et l amap joua un rôle prépondérant, son rôle si l on peux dire. Celui du maintien d une agriculture paysanne, celui du maintien d une alimentation de proximité en préservant environnement et emploi. Puisque chaqu’u.e a pu conserver son salaire et son poste. L amap 22!les bios cageots fut essentiel. Merci a tous et toute

Cette année, nous faisons le dos rond, ne sachant pas a quoi s attendre, qui sait la suite d un choc tel que nous l avons tous subit? Quels légumes plantés? quelle quantité? comment faire face?Nous allons donc au plus logique, au plus évident sur les surfaces dont nous disposons, car, grande serait la tentation de croire a un appel d air “d’un changement de conscience”, d’un changement de consommation ou d’une accessibilité augmenté au produits biologique ou paysan, et donc de s agrandir… L augmentation d un nombre de personnes dépendante de l aide alimentaire en rappel douloureusement la réalité. Le monde ne s’est pas amélioré…

Sur la ferme, nous nous sommes adaptés et organisés ou plutot le choc a mis en lumière les failles de notre organisation ce qui aujourd’hui fait que nous rénovons nos schémas d organisation interne. Un autre delta, imprévisible, le climat. Chaqu un.e a pu vivre cet épisode intense de neige, puis du vent et la chaleur. Le climat nous complique la tache, et alors nous devons trouver des adaptations. Le sol est une clef immense, nous l embrayons, les haies croissent, les cultivar, sélectionnés in situ nous aident au fur et a mesure de leur rusticité et…l intelligence collective des échanges entre collègues.

Notre autre inquiétude concerne un insecte du doux nom de tuta absoluta qui a la capacité de nuisance pouvant anéantir notre production de tomates entre 1 et 3 semaines. La lutte biologique est donc engagé, et la vigilance maximale. Si la perte arrivait, elle mettrai gravement en péril la ferme menaçant un des 4 emplois.

Une ferme est un bateau sur l océan, soumis aux tempêtes, et aux aléas, et nous nous organisons pour en subir le moins de vagues possibles.a suivre…